Poker


Le Poker

Origine du Poker

De nombreuses hypothèses sont émises quant à la naissance du Poker. Nous ne savons pas vraiment d’où ce jeu de casino tire ses origines. Néanmoins, le mot poker a été utilisé la première fois en 1830 dans l’ouvrage « An Exposure of the Arts and Miseries of Gambling » de Jonhatan H. Green. Ce dernier y décrit des parties se jouant à bord de bateaux faisant les trajets entre les Etats-Unis et le Mississipi.

Ce qui est sûr en revanche, c’est que le poker a émergé au pays de l’Oncle Sam au XIXe siècle. Il a fini par prendre son envol lors de la fameuse conquête de l’Ouest et grâce notamment à l’ouverture des saloons et à la création des voies de chemins de fer. Le jeu de table apprécié des cow-boys va ainsi s’exporter de plus en plus dans les pays occidentaux et se préciser au niveau des règles…

Principe de base : comment remporter une partie de poker

Le principe du jeu est très simple puisque l’objectif est de récupérer les jetons de ses adversaires jusqu’à qu’ils n’en possèdent plus. C’est donc un jeu de survie où à la fin, il ne doit rester plus qu’un joueur sur la table : celui qui aura pris tous les jetons, ou l’argent des autres. Le poker est régi par des règles et un cheminement précis.

Déroulement d’une partie de poker

Une table de poker peut accueillir de 2 à 10 joueurs. De manière officielle, une partie est dirigée par un croupier qui sera en charge d’annoncer les différentes étapes du jeu et de distribuer les cartes.

  • Le Pré-flop: Une fois confortablement installés, les parieurs recevront chacun 2 cartes face cachée. Le joueur situé à gauche du croupier devra obligatoirement déposer une mise obligatoire, c’est ce que l’on appelle la small blind. Nommée aussi mise aveugle, elle permet de faire jouer un minimum et de lancer les enchères. Le deuxième joueur, à gauche de la small blind (une partie se déroule en suivant le sens des aiguilles d’une horloge) devra quant à lui déposer une big blind. De la même manière, on ne peut y échapper et elle vaut généralement le double de la small blind. Une fois les deux premières mises aveugles effectuées, les joueurs découvrent leurs cartes et décident alors de se lancer dans la partie ou non. C’est le joueur à gauche de la big blind qui commence à parler. Il a plusieurs possibilités. Soit il se couche car il pense que sa main de départ ne vaut pas la peine d’être jouée, soit il suit et dépose une mise équivalente à la big blind, soit il relance, c’est-à-dire qu’il va augmenter les enchères en misant au minimum le double de jetons que la big blind. Les enchères continuent autour de la table jusqu’à ce que tout le monde ait déposé le même nombre de jetons.
  • Le Flop : Le croupier (ou donneur), commence par brûler la première carte du paquet. C’est-à-dire qu’il l’écarte du jeu pour prévenir toute forme de tricherie. Puis il pose les trois cartes suivantes, face ouverte, sur le tapis de jeu. Commence alors un nouveau tour d’enchères. Toujours de la même façon, c’est le joueur à la gauche du donneur qui débute les enchères. Il a alors trois possibilités. Soit il se couche - car les cartes qu’il a en main sont trop faibles ou qu’elles ont peu de chances de constituer une combinaison avec celles du flop – soit il mise pour faire grossir le pot, soit il check. Ce dernier choix consiste à ne rien faire et à laisser la parole au joueur suivant. Il reste cependant dans le coup et attend de voir ce que les autres vont décider. Si les joueurs suivants ont misé et ou relancé, le joueur ayant checké devra, quand son tour de parole lui reviendra, prendre la décision de se coucher ou de suivre. Dès lors, ou bien si tous les joueurs ont checké durant le tour de table, le croupier dévoile une nouvelle carte dite gratuite, et on passe à l’étape suivante.
  • Le Turn : Toujours en suivant le déroulement de base, Le donneur brûle à nouveau une carte du paquet et en dépose une quatrième sur le tapis de jeu, face dévoilée. Un autre tour d’enchère commence alors. Une fois terminé, on passe à la dernière étape du jeu.
  • Le River : Après avoir brûlé une carte, le croupier dépose une ultime et cinquième carte face ouverte sur la table, à côté des autres. C’est ainsi qu’un dernier tour d’enchère reprend. Une fois achevé, les joueurs qui restent (ceux qui ne se sont pas couchés au cours de la partie) procèdent au Show-down ou à l’ Autrement dit, ils dévoilent chacun leur tour leurs cartes pour définir quel joueur aura la main la plus élevée et remportera par conséquent le pot. Dernier point : Si vous finissez en face à face avec un adversaire qui dévoile en premier ses cartes et que vous vous rendez-compte que vous avez perdu, vous n’êtes pas obligé de dévoiler les vôtres afin de masquer votre jeu. Libre à vous de prendre la décision !

Valeur des cartes et combinaisons

Pour gagner un coup au Poker, il faut que vos cartes soient de valeur supérieure à celle de votre ou vos adversaires. Vous pouvez vous constituer une main gagnante avec un maximum de 5 cartes parmi les 7 qui sont en jeu (2 dans vos mains, et 5 qui constituent le tableau dévoilé par le donneur). La valeur des cartes suit la logique de base. Le 2 est la plus faible et l’AS est la carte dominante. Voici les différentes mains qu’il est possible de faire, de la plus faible à la plus forte :

  • Hauteur: Ici le joueur n’a réussi à faire aucune combinaison. Seule sa carte la plus forte compte. En tête à tête, si dans votre main vous possédez un K (Roi) et que votre adversaire n’a qu’un Q (Reine), alors vous remportez le coup grâce à une « Hauteur Roi ».
  • Paire : Deux cartes de même valeur suffisent à obtenir une paire (77, JJ, AA, 33 par exemple). Entre deux paires concurrentes, c’est la plus haute qui l’emporte (AA bat KK tout comme 99 bat 66).
  • Double Paire : Même principe qu’avec une paire. Si vos deux paires sont de valeur égale à celles de votre adversaire, alors c’est votre cinquième carte qui va décider du vainqueur grâce à la Hauteur.
  • Brelan : Ici le joueur doit posséder 3 cartes de même valeur (222 ou QQQ par exemple)
  • Quinte : Il s’agit d’une suite de cinq cartes (ex : A2345, ou 8910JQ).
  • Couleur : Ici il faut obtenir cinq cartes de la même couleur autrement dit 5 cœurs, 5 trèfles, 5 carreaux ou 5 piques. Si deux joueurs possèdent chacun une Couleur, alors c’est la Hauteur qui permettra de les départager.
  • Full House : Il se compose d’un Brelan + une Paire
  • Carré : Le joueur doit obtenir 4 cartes de même valeur (quatre AS, quatre 10 ou quatre 3 par exemple)
  • Quinte Flush : Il s’agit d’une Quinte de même Couleur
  • Quinte Flush Royale : C’est la Quinte Flush la plus puissante. Elle se compose ainsi :

Si une égalité parfaite survient, alors les joueurs concernés se partagent le pot à parts égales.

La position des joueurs de Poker autour d’une table

Connaitre sa position autour d’une table de poker est très important car elle va influer sur les décisions que vous allez prendre. Votre position n’est pas la même après chaque partie étant donnée qu’à tour de rôle les joueurs doivent s’acquitter de la small blind ou de la big blind. Si la partie d’avant votre joueur de droite occupait la place de la big blind, alors c’est désormais à votre tour de payer la mise aveugle. Voici donc les positions que vous pourrez occuper par ordre chronologique de mise, sur une table de 8 joueurs :

  • Small blind: Le premier joueur à s’acquitter de la petite mise obligatoire.
  • Big blind: Le second joueur qui vient s’acquitter de la grosse mise obligatoire.
  • Under the Gun: L’UTG est le premier joueur à prendre la parole donc la décision de se coucher directement, de s’aligner sur la grosse blind ou de relancer en doublant au minimum la mise. C’est la position la plus difficile à jouer, du fait que le joueur ne dispose d’aucune information sur ses adversaires.
  • UTG+1 : Il est le deuxième joueur à parler, juste après l’Under the Gun.
  • UTG+2 : Il est le troisième joueur à parler. Il se situe à deux places sur la gauche de l’UTG.
  • UTG+3 : il est le quatrième joueur à parler.
  • UTG+4: Même principe.
  • Hi-Jack: Le joueur se situe en milieu/fin de parole, juste avant le Cut-Off. Ici plus de range de mains peuvent être jouées. C’est une position plutôt appréciable quand il s’agit de prendre des décisions.
  • Cut-Off : C’est une position autour de la table appréciée, surtout si vous souhaitez voler les blinds. Vous disposez de plus d’informations que les autres ce qui vous permet d’adapter plus facilement votre jeu.
  • Bouton : Sans conteste la meilleure position de la table de poker. Le joueur parle en dernier et connait toutes les décisions des autres joueurs. Il est plus facile ici de prendre des initiatives et de bluffer.

Selon la place que l’on occupe sur un siège, il est important de se demander avec quels types de mains il est plus intéressant de rentrer dans une partie. Voici un petit tableau récapitulatif qui permet de savoir quand jouer selon sa main de départ et sa position.

Comment miser au poker

Il existe différentes manières de jouer au Poker, dont deux principalement. Au cours de votre expérience Poker, vous serez surement amené à rencontrer des joueurs dit « agressifs » ou « serrés ».

Dans le premier cas, les joueurs ont tendance à rentrer dans une partie avec un plus large éventail de mains, et n’hésiterons pas à bluffer lorsqu’ils seront en possession de mains faibles. Un joueur que l’on surnomme aussi « aggro » dans le jargon se fera un malin plaisir à miser gros pour impressionner ses adversaires et leur faire peur afin de remporter le plus de pots possibles. Dans le deuxième cas, un joueur serré ou « tight » va jouer très prudemment. Le risque n’est pas sa tasse de thé et n’entrera en jeu qu’avec des mains de départ très fortes. Il aura tendance à se coucher très souvent s’il n’est pas sûr d’avoir en possession une main qui puisse rivaliser d’entrée de jeu. La patience est un atout pour jouer serré. Car il a peu de chance d’obtenir d’excellentes cartes pré-flop.

Bien sûr ces deux tactiques, prises indépendamment ne constituent pas la recette miracle pour gagner au poker. A force de parties, les adversaires finissent par comprendre quel type de joueur vous êtes et adapterons leur style de jeu pour vous contrer. L’idéal est de rendre votre façon de jouer complètement illisible pour ne pas que vos concurrents anticipent le moindre de vos mouvements. Pour se faire, vous devrez user de subterfuges et alterner entre un jeu serré et agressif. Ainsi, personne ne pourra prédire vos prochaines actions !

Comment jouer lors d’un tournoi de poker ?

Dans un tournoi de poker, l’objectif est de réussir à être le mieux classé possible, et de manière optimale, décrocher la première place, être celui qui aura terrassé tous les autres joueurs. Il n’est donc pas insensé d’adopter une stratégie de jeu « tight » en début de tournoi pour survivre le plus longtemps possible en minimisant les risques, et de passer à l’offensive sur la fin pour empocher un maximum de jetons, afin de se constituer une bankroll suffisante pour affronter plus aisément ses derniers adversaires.

Evidemment, chacun à une manière différente de jouer et d’appréhender une partie. L’important est de se sentir à l’aise avec son style de jeu et de le travailler jusqu’à pallier ses défauts.

Le Poker et les mathématiques

Pour devenir un très bon joueur de Poker, il est nécessaire de passer par les maths. Un joueur ne pourra gagner sur le long terme que s’il a ancré cette logique en lui. La chance n’est pas le facteur majoritaire pour gagner. Savoir calculer et connaître les probabilités sont vitales. Certains joueurs qui n’ont pas l’esprit matheux vont même jusqu’à apprendre par cœur les tableaux dans lesquels sont retranscrits toutes les probabilités en fonction des mains qu’ils possèdent, et des cartes qui sortent au flop. Mais il est quasiment impossible de tout retenir. C’est pourquoi analyser et calculer en temps réel vous permettra de prendre l’avantage sur ceux qui n’ont pas cet automatisme et qui estiment qu’ils peuvent compter que sur la chance pour gagner.

Un bon joueur de Poker devra donc savoir compter combien de jetons il possède, savoir de quel montant se constitue le pot et calculer le stack de ses adversaires. Vous devrez aussi réaliser des opérations mathématiques pour calculer les cotes du pot, les cotes implicites et explicites, et combien vous allez devoir miser pour optimiser votre EV (Expected Value). Ce dernier représente l’espérance de rentabiliser et d’optimiser son action. Autrement dit, si vous décidez par exemple de vous coucher, vous devrez savoir en amont si c’est vraiment rentable de le faire. Pour le calculer il faut réaliser l’opération suivante : (probabilité de gagner) X (gains) – (probabilité de perdre) X (pertes).

Jouer au poker en ligne : Quels intérêts ?

Depuis son arrivée sur Internet, ce jeu de casino a connu un essor remarquable. S’il est aujourd’hui tant apprécié dans sa version online, c’est parce qu’il comporte de multiples avantages en comparaison à sa forme terrestre.

Jouer au poker gratuitement

L’un des points forts d’une partie virtuelle, est qu’il est possible de se divertir à volonté sans mettre en péril son argent. Vous trouverez sans nul doute d’innombrables tables en ligne où les joueurs ne demandent qu’à s’amuser en utilisant des crédits fictifs. Sans aucune pression, vous aurez l’occasion de débuter en toute tranquillité, de vous familiariser avec les règles et de vous entraîner de manière illimitée. Les jeux de poker en ligne gratuit sont divers et il est intéressant de s’essayer aux nombreuses versions disponibles. Sans inscription ni téléchargement, le monde de l’Hold’em et ses variantes vous ouvrira ses portes en toute simplicité et en toute rapidité.

Devenir un As du poker beaucoup plus rapidement

En ligne, les parties vont plus vite. Vous jouerez donc plus de mains que sur une table de jeu réelle. Par conséquent, vous pourrez peaufiner votre technique en vitesse accélérée. Il vous arrivera même, au bout d’un certain temps, de jouer sur plusieurs tableaux à la fois pour multiplier votre expérience et ainsi devenir meilleur. A n’importe quelle heure de la journée, vous trouverez toujours des adversaires prêts à vous affronter, même s’ils se trouvent à l’autre bout du monde. Plus vous jouerez contre des individus différents, plus vous apprendrez !

Les différentes versions du jeu de poker

S’essayer à de nouveaux modes de jeu comporte bien des avantages. Premièrement, vous briserez la routine des parties traditionnelles comme l’Hold’em. Deuxièmement vous progresserez encore plus car vous ouvrirez votre esprit et développerez votre sens de la logique. Troisièmement, vous pourriez trouver une variante qui correspond mieux à votre style de jeu et en faire votre domaine de prédilection. Sachez enfin que les versions moins connues peuvent s’avérer plus lucratives dans la mesure où peu de joueurs s’y intéressent. De ce fait vous rencontrerez beaucoup plus de débutants et pourrez asseoir votre domination.

Les variantes sont nombreuses et vous retrouverez sur les casinos en ligne des noms comme le Razz, le Stud Hi-Lo, l’Omaha, le 7 Card Stud etc. Voici quelques principes de jeu pour vous donner une idée des règles à appréhender.

Le principe de l’Hi-Lo : Explications

Lorsque l’on parle de Hi-Lo, on fait référence à l’anglais High-Low qui signifie « Haut-Bas ». Le principe est simple. Le pot est divisé en deux parties égales. Vous pouvez remporter une des deux moitiés ou l’ensemble du pot. Le but est soit d’obtenir la plus petite main possible (Lo), soit la plus forte (Hi). En ayant la combinaison de cartes la plus faible, vous remporterez la moitié du pot, et pareillement si vous disposez de l’Hi. A noter également que vous pourrez tabler à la fois sur l’Hi et l’Ho. Si vous avez la chance de posséder les deux, alors vous vous emparerez de l’intégralité du pot. C’est ce que l’on appelle « scooper ». A la fin des tours de mises, vous devrez donc présenter une main pour l’High, et une main pour le Low.

Petit conseil pratique, en Omaha Hi-Lo et pour les jeux de Limit en général, les équités sont très proches et vous allez souvent avoir de bonnes cotes. Il est donc recommandé de folder au minimum, que ce soit Pré-flop, Turn et River.

Le Stud : la version de jeu ancestrale

Ici nous allons parler du 7 Card Stud, une variante qui n’en est pas vraiment une puisqu’elle se jouait bien avant l’apparition du Texas Hold’em. C’est un jeu de Limit dans lequel vous allez recevoir 7 cartes, dont 3 face cachée. Dans ce système de jeu, il n’y a pas de cartes communes donc aucun board sur la table. Des blinds seront là pour créer de l’action, ainsi que des antes et des bring-in. Ces derniers représentent une mise que va placer le joueur détenant la plus mauvaise carte en début de partie.

Des modes de jeux spécifiques en ligne

En vous inscrivant sur un site de poker en ligne comme par exemple Pokerstars ou Winamax, vous accéderez à de multiples tournois ainsi qu’à des parties de Cash Game et de Spin’n Go. Plusieurs logiciels de Live Poker vous offriront aussi une expérience proche de la réalité sur les casinos en ligne avec notamment la présence de vrais croupiers en direct !

Articles associés