Requip : le médicament qui entraîne l’addiction au jeu

10/08/2016

Requip : le médicament qui entraîne l’addiction au jeu

Cette info peut paraître insolite mais elle n’en est pas moins sérieuse. Une « drôle » de rumeur circule depuis plusieurs mois voire plusieurs années en moins forte propension. Elle concerne ce comprimé qui rendrait accro au jeu et au sexe. Il ne s’agit pourtant pas d’une drogue mais bel et bien d’une vraie prescription médicale pour des patients atteints de Parkinson.

Requip, la rumeur n’en est pas une, les effets d’addiction au jeu sont réels

 Plusieurs journalistes avaient déjà tenté d’informer le grand public à propos des effets secondaires néfastes de ce médicament prescrit aux patients atteints de la maladie de Parkinson, notamment en publiant un livre qui dénonçait le manque d’informations relatives aux effets secondaires provoqués par les médicaments de manière générale.

Ainsi, un médicament en particulier a attiré notre attention puisqu’il concerne directement le jeu en ligne et le jeu de manière générale. On relate souvent au travers de nos articles et avis les dangers potentiels et les dégâts que peuvent causer la pratique du jeu, que ce soit en ce qui concerne les finances mais aussi le relationnel. Les personnes « accro » s’isolent, rejettent les autres, développent des comportements monomaniaques et agressifs, etc. Voilà pourquoi nous parlons communément de jeu « responsable » et que bon nombre d’aides sont mises à disposition pour lutter contre ce genre de dépendance et vous en préserver.

Malheureusement, il semblerait que toute la meilleure volonté du monde ne puisse rien face à ce comprimé qui prend le contrôle du cerveau et fausse les perceptions, entrainant addiction.

 

Comment agit le Requip sur le cerveau, causant une dépendance

Le Requip est à la base prescrit pour combattre la maladie dégénérative du système nerveux. Les récepteurs de dopamine du cerveau sont stimulés de telle manière que le patient perd contrôle et esprit critique et développe une logique faussée. Lorsqu’il joue par exemple, l’échec n’est plus perçu comme une défaite mais comme une presque victoire qui va lui donner envie de retenter sa chance croyant être proche du but. Le patient entre dans une quête de récompense compulsive.

Autre effet secondaire lié à l’addiction, celui de la dépendance sexuelle. Cette dernière s’explique par une frustration que le patient tente en permanence de combler.  Elle est favorisée par le dérèglement de la perception de plaisir et de satisfaction. La conséquence est l’hypersexualité qui peut conduire à des comportements déplacés même en public lorsque le patient perd le contrôle. C’est ce deuxième point qui fait que ce problème reste méconnu car les consommateurs de ces médicaments ont honte de leur comportement et n’en parlent pas.

Cependant un changement de médicament est possible ou une posologie plus réduite. Les malades atteints de Parkinson souffrent de tremblements lorsque le cerveau vient à manquer de dopamine et c’est principalement ce que fournit le Requip, voilà pourquoi des alternatives doivent être mises en place.

Posté par Alexia VOISIN le 10/08/2016

Laisser un commentaire

Captcha image